Célébrations et rituelsDecouvrirIranLa Revue

Chaharshanbe Suri, le mercredi enflammé des Persans à Paris

Par Mahboubéh Moradi

La nuit entre les derniers mardi et mercredi précédant le Norouz, nouvel an persan, le Chaharshanbe Suri, également appelé le « mercredi enflammé », est célébré par les Iraniens de tout le monde. Il est fêté chaque année, depuis plus de 3000 ans, à peu près à partir du XVIIe siècle av. J.C. Pendant cette soirée, les gens allument des feux et après il sautent par-dessous les flammes, en prononçant la phrase « zardie man az to, sorkhie to az man ». Cette phrase signifie littéralement « je te donne ma couleur jaune, tu me donnes ta couleur rouge », c’est à dire « je te donne ma pâleur, ma maladie, je prends ta force, ta santé». La signification religieuse liée au Zoroastrisme, attachée au Chaharshanbe Suri, a laissé place aujourd’hui à un festival fêté par nombreux peuples persans, au-delà des Iraniens, comme les Kurdes, les Azéris et les Tadjiks.

Cet événement est issu aussi d’une histoire écrite par Ferdowsî, un des grands poètes iraniens du Xe siècle: c’est l’histoire de Siyāvash. Il était une figure majeure dans l’œuvre épique de Ferdowsî, le Shahnameh. Siyāvash était un prince légendaire de l’ancien Empire Perse. La femme de son père, Sudabeh, avait une passion pour lui. Sudabeh dit alors à Siyāvash qu’elle est prête à tuer son mari, pour devenir son épouse légitime. Mais Siyāvash rejette ses propos. Une fois ces avances répétitives rejetées, Sudabeh tombe dans un état compulsif et elle porte une fausse accusation à Siyāvash, devant son mari. Alors le roi décide de tester l’innocence de Siyāvash par la preuve du feu: un feu est allumé et Siyāvash doit le traverser et en sortir indemne pour prouver son innocence. Alors le prince se précipite à travers le feu sur son cheval. Quand Siyāvash retourne sain et sauf, son innocence est prouvée. Le roi est alors déterminé à condamner Sudabeh à mort, mais Siyāvash intercede pour elle et la condamnation n’est pas exécutée. Depuis ce jour-là, tous les Iraniens célèbrent l’innocence de Siyāvash en allumant des feux et en sautant dessus.

No Comment

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *