L’association île du Monde accompagne un projet de développement local à Bondokhory, en Guinée-Conakry. La porteuse du projet est Hadja Diallo, vice-présidente de l’Association À NOUS. Le projet veut mettre en place à Bondokhory une structure de tourisme communautaire autogérée par les habitants, afin de faire bénéficier la population locale d’un maximum de retombées financières.

Pour cela, il faut préalablement remplir les besoins de base, notamment la sécurité alimentaire, l’aide à la scolarisation, la construction de puits plus profonds, favoriser l’égalité femmes-hommes, et initier un processus de renforcement des capacités , dans le but de former les habitants à la gestion d’une structure de tourisme durable. Bondokhory se trouve dans la commune urbaine de Dubreka, à 35 km de Conakry et de l’Océan Atlantique. Le village, de 350 habitants, est isolé du reste de la commune de Dubreka. Il est dans une vallée entre deux montagnes, Dixinn et Kakoulima, en pleine forêt tropicale et à dix kilomètres du centre ville. Une rivière coule, à quelques centaines de mètres du village, parallèle au Mont Dixinn. Seulement une piste de terre, en très mauvais état, dessert le village depuis la ville de Dubreka. La population, très jeune, est composée en sa majorité de personnes de langue Soussou, et de quelques personnes d’origine Peul. Les autorités traditionnelles sont le sage, le chef du village et l’imam. Une mosquée est dans le centre du village. L’économie de Bondokhory basée principalement sur l’agriculture de subsistance, seulement la culture de l’arachide et l’élevage de poules pondeuses donnent lieu à des activités commerciales (assez réduites). Le tissu entrepreneurial est pratiquement inexistant, et le taux de chômage très élevé. L’école M.M. Kaba, située à l’entrée du village, compte 136 élèves dont 62 filles. Dans la région, le taux d’accès à la scolarité des filles en âge d’aller à l’école primaire est très faible (autour le 60%). L’état de la cantine scolaire est très déficient. La sécurité alimentaire n’est pas assurée et il n’y a pas de point d’eau à proximité. L’école manque grandement de ressources pourtant essentielles pour son bon fonctionnement: bibliothèque, électricité, salle informatique, facilités d’accès (les enfants doivent venir de villages situés à plusieurs km de là), aire de jeux, terrain de sport, logement pour les enseignants. Même les toilettes et les salles cours nécessitent une vraie refonte. Pendant la saison sèche, les puits tarissent et les habitants doivent parcourir deux kilomètres pour accéder à l’eau dans les marigots; à la fin de chaque saison sèche, 35 % de la population souffre de maladies liées au manque d’eau, notamment le paludisme. Le secteur de Bondokhory et les régions environnantes sont riches en paysages à couper le souffle, d’une nature éblouissante; de traditions ancestrales; de savoir-faire à transmettre; et de rencontres uniques. Des territoires à explorer, des peuples et des cultures à découvrir. Aidez-nous à les mettre en valeur pour un tourisme durable, moteur du développement.

No Comment

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *