Associations culturellesBerbèreCommunautéDecouvrirLa Revue

La journée culturelle kabyle de l’association Idlès

par Mennad Rabehi

C’est à Paris dans la salle Olympe de Gouges que s’est déroulée la deuxième édition de la journée culturelle kabyle le 22 Avril 2017, organisée par l’association franco-kabyle Idlès, une association œuvrant pour la promotion de la culture kabyle à Paris. Le choix de la date est symbolique : il s’agit d’un rappel et d’une commémoration des évènements de 1980 et de 2001 qui ont secoué l’Algérie et la Kabylie en particulier, des évènements qu’on considéra plus tard étant « le Printemps Berbère », quand une grande majorité de la population kabyle s’est soulevé contre les politiques de répression et d’étouffement de la culture berbère.

Ni la distance, ni le manque de moyen ou toute autre difficulté qu’on peut rencontrer, ne peuvent faire barrage à la volonté de sauvegarder sa propre culture partout où l’on vit : la célébrer c’est confirmer son attachement, son dévouement aux traditions et à la terre patrie. Il faut la préserver et la transmettre aux générations futures ; en même temps, fêter et célébrer sa culture quand l’on est entourés d’autres cultures, c’est aussi envoyer un message de respect et de tolérance, car qui respecte sa propre culture, il respecte également celle des autres.

À travers un programme riche et varié, les participants à cette journée ont eu droit à un morceau de Kabylie en plein Paris. Grand protagoniste a été l’artisanat berbère, si riche en créations : il y avait des exposants de bijoux anciens et modernes, de tapis, de poteries, d’objets en bois sculpté, de tableaux en cuivre repoussé.

Il est également presque impossible d’imaginer une fête kabyle ou quelconque célébration sans les robes traditionnelles, portées par des femmes kabyles spécialement habillées avec leurs robes pleines de couleur et de motifs, qui rappellent à la fois la richesse du savoir-faire et de la tradition kabyle, mais qui continuent à attirer également les jeunes filles. Durant cette journée la robe kabyle a eu une belle partie du programme, puisqu’en plus d’une belle exposition de différentes robes, un défilé de mode était aussi réalisé avec des créations originales présentées par madame Naima Tafsut Thafath.

La poésie était aussi au rendez-vous ainsi qu’une conférence-débat animée par M. Farid Benmokhtar, enseignant de langue et de culture berbère à l’université Paris VIII. Il a retracé un peu l’histoire du printemps berbère et ces apports positifs, puis il a ouvert le débat au public présent dans la salle pour intervenir, donner leurs avis et partager leurs souvenirs de l’époque, puisqu’il y avait également des personnes présentes dans la salle qui ont participé à ces événements du printemps berbère, en 1980 et en 2001.

La journée se complétait par une partie musicale avec de jeunes chanteurs et deux grandes figures de la chanson kabyle, à savoir M. Chrif Hamani et Ali Amran, deux styles différents, deux styles qui ont réussi à s’imposer sur la scène artistique kabyle et algérienne en général.

1 Comment

  1. 6 juin 2017 at 19 h 09 min — Répondre

    Bon article menad 😉

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *