Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Tentaculaire Nollywood: du kitsch et du juju

10 décembre 2015, 19 h 00 min - 22 h 00 min

Gratuit

#cinéma #nigeria #paris 18e

Lagos, 1992 : la crise, l’insécurité, la démocratisation de la vidéo et un flair entrepreneurial aigu se rencontrent pour donner naissance à une industrie vidéo 100% made in Nigeria, nommée Nollywood. Avec 12 000 films tournés, 30 à 40 sorties DVD par semaine, 300 000 emplois créés et 250 millions de dollars générés par an, Nollywood est devenu la deuxième industrie filmique du monde après Bollywood. Mélodrame, action, suspense, juju (phénomènes surnaturels) : les films débordant de kitsch de Nollywood portent à l’écran les réalités, et les surréalités, du pays le plus peuplé d’Afrique. Tentaculaire, Nollywood dépasse désormais toutes les frontières. Une soirée pour découvrir Nollywood et ses influences esthétiques.

Avec :
Tentaculaire Nollywood, une introduction par Melissa Thackway et Serge Noukoue, directeur du Nollywood Week Festival à Paris
Nollywood, un diaporama de Pieter Hugo, photographe sud-africain
The Delivrance of Comfort (2010, 7’10’’), court-métrage de Zina Saro-Wiwa, vidéo-artiste anglo-nigériane
Maami (2011, 93’) long-métrage de Tunde Kelani, réalisateur nigérian

La soirée est animée et conçue par Melissa Thackway, professeure des Cinémas d’Afrique subsaharienne à l’INALCO et à Sciences Po, chercheuse, traductrice et documentariste installée en France depuis 1991.

Détails

Date :
10 décembre 2015
Heure :
19 h 00 min - 22 h 00 min
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
Site Web :
http://www.institut-cultures-islam.org/agenda/tentaculaire-nollywood-du-kitsch-et-du-juju/

Lieu

Institut des Cultures d’Islam – Léon
19-23 rue Léon
Paris, 75018
+ Google Map
Téléphone :
01 53 09 99 84
Site Web :
http://www.institut-cultures-islam.org

No Comment

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHARE

Tentaculaire Nollywood: du kitsch et du juju