Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Concert de musique Châabi avec le chanteur Lyes et son ensemble

15 septembre, 21 h 30 min - 22 h 30 min

10€

#concert #musique #châabi #maghreb #saint-ouen (93)

Concert de musique Châabi avec le chanteur Lyes et son ensemble

Musique sacrée et profane du patrimoine maghrébin

Lyes depuis plusieurs années revivifie le patrimoine spirituel dont le Chaabi a été souvent porteur notamment en chantant et en mettant en musique des textes du Diwân du Cheikh Al Alawî, de Sidi Boumédiene ou d’autres textes soufis majeurs, il interprétrera également quelques textes profanes pour bien illustrer le rôle de transmission que cette musique à la fois populaire et savante a pu jouer ou joue encore de nos jours!

ENTREE : 10€

Histoire de la musique Chaabi
Ce genre musical né dans la casbah, qui mêle instruments orientaux du classique arabo-andalou à d’autres venus d’Occident. Le chaâbi naît au début du XXe siècle au cœur de la casbah, à Alger. Chaâbi veut dire « populaire » en arabe. Ce genre national constitue le versant rugueux de la musique savante issue de la grande culture arabo-andalouse médiévale. Les premiers musiciens de chaâbi sont des gens des campagnes venus peupler les villes. Beaucoup sont kabyles. Les maîtres de cet art relativement récent ont pour nom Cheikh Nador, puis Cheikh El Hadj Mohamed El Anka et aussi Cheikh Hasnaoui (qui vient de mourir à l’île de la Réunion).

Après la vague d’immigration des Maghrébins, venus en France pour trouver du travail, le chaâbi gagne Paris via Marseille. Il se chante et se joue dans les bistrots des banlieues industrielles. Dahmane El Harrachi (1925-1980) – dont le fils Kamel (vingt-huit ans) est le ténor incontesté des années cinquante quand le chaâbi s’adresse en priorité aux Algériens loin de chez eux. Dahmane El Harrachi chante l’exil intérieur et l’exil extérieur, les difficultés de la vie quotidienne loin de la mère patrie, les tourments de l’amour, la nostalgie du bled.
El Harrachi, qui a quitté Alger pour s’installer en France en 1949, meurt dans un accident de la route. Le chaâbi, sans disparaître tout à fait, marque le pas. Dans les cafés de la ceinture parisienne, il résiste cependant et les amateurs prennent l’habitude de se retrouver le samedi soir à Montreuil.

L’explosion du raï lui porte ombrage, mais depuis quelques années, de jeunes gens reprennent le flambeau. Kamel El Harrachi, par exemple, est de ceux-là. Il est joueur de mandole. Né à Alger après l’indépendance, il réside en France depuis six ans.
Le chaâbi mêle les instruments orientaux du classique arabo-andalou à d’autres venus du classique occidental. On y trouve le derbouk (percussions) et le tambourin, mais aussi le mandole (sorte de grosse mandoline aux sonorités de guitare, munie de quatre cordes doubles en métal), le violon et bizarrement le banjo, sans oublier le piano. Alger est réputée pour ses pianistes et ses accordéonistes.Les joueurs de chaâbi utilisent toujours leur violon à la verticale comme ils maniaient, jadis, le gimbri qui n’a plus court. Quant au mandole, il a remplacé l’oud, le luth moyen-oriental. Il n’est pas rare d’entendre aussi le piano à bretelles. En revanche, aucun instrument électrique n’est admis, hormis parfois le clavier (pour les quarts de ton), à l’inverse du raï, né à Oran. Les chants du Chaâbi, portés par l’idiome algérois ou berbère, se nourrissent de poésie ancienne mais aussi de textes originaux fiévreusement actuels

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Détails

Date :
15 septembre
Heure :
21 h 30 min - 22 h 30 min
Prix :
10€
Catégories d’Évènement:
,
Étiquettes Évènement :
Site Web :
https://www.facebook.com/events/1791030634326956/

Lieu

La Maison Soufie
8, rue Raspail
Saint-Ouen, 93400 Francia
+ Google Map

No Comment

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHARE

Concert de musique Châabi avec le chanteur Lyes et son ensemble